Bien-être animal

et_bea.png
Nouveau secteur au gouvernement en 2019, le « bien-être animal », piloté par la DAVAR via la section quarantaine et santé animale (SQSA), agit sur plusieurs volets :

-    la stérilisation et l’identification des animaux domestiques, 
-    l’information et la sensibilisation de la population, 
-    la réglementation.

Actuellement, des groupes de travail sont menés avec les associations de protection animale,  les vétérinaires et les institutions afin de promouvoir le bien-être animal en Nouvelle-Calédonie.

et_reglementation.png

Réglementation.

En cas de maltraitance animale avérée, le code pénal s’applique en Nouvelle-Calédonie. Pour être pris en compte, chaque cas doit faire l’objet d’une plainte à la gendarmerie et la SQSA peut être sollicitée par la gendarmerie lors de l'instruction du dossier. Les associations de protection animale du territoire peuvent également apporter leur soutien dans ces démarches.

Par ailleurs, des textes réglementaires relatifs au bien-être animal sont en cours d’écriture, ils concernent en particulier l’identification obligatoire et les modalités de cession des chats et chiens sur le territoire.

et_bea-campagne.png

Campagne de sensibilisation d’identification et de stérilisation des chiens et chats.

Depuis 2014, des campagnes annuelles de sensibilisation au bien-être animal, d’identification et de stérilisations des chats et chiens domestiques, pilotées par la SQSA, sont mises en place.

Le Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie y alloue un budget chaque année, qui, depuis 2020, est complété par la Province Sud, pour son périmètre d'action. 

Dans ce cadre, le gouvernement a conventionné avec le Groupement technique vétérinaire (GTV), afin de permettre aux établissements de soins vétérinaires partenaires répartis sur tout le territoire, de participer à ces campagnes.
bea-gtv.png

 

 

 

Les associations de protection animale du territoire jouent également un rôle très important, en sélectionnant, selon leur connaissance du terrain, des animaux dont les propriéaires ont peu de moyens ou trop d'animaux, et en les orientant, vers les établissements de soin vétérinaires partenaires.

Une fois l’intervention réalisée, le vétérinaire apporte les recommandations nécessaires au propriétaire pour prendre soin de son animal et lui remet une « fiche-conseil ».

Le lien est créé. L’animal est identifié et stérilisé. Le propriétaire est avisé.

Selon les budgets alloués chaque année, depuis 2014, ce sont près de 3.000 chats et chiens qui ont été pris en charge.

Documents à télécharger