Les études sur les filières

 

 

et_filieres.png

Selon les années, une enquête de filière est réalisée en fonction des besoins conjoncturels de connaissances et/ou pour la mise à jour de données du secteur rural (horticulture ornementale en 2012, filière apicole en 2011, mise à jour du verger calédonien en 2010, etc.).

 

Filière des tubercules tropicaux

Le poids économique de la filière des tubercules tropicaux

L’igname tient une place centrale dans la culture kanak. Sa force coutumière est telle qu’un Conservatoire de l’igname a été créé en Nouvelle-Calédonie.

 
igname

Néanmoins, le poids économique de la filière des tubercules tropicaux (ignames, taros, patates douces, maniocs, etc.) est resté longtemps mal connue.
Une enquête effectuée en 1997 a mis en valeur l'importance de cette filière (plus de 4 000 tonnes produites annuellement). Ce sont les résultats de cette enquête qui sont mis à votre disposition dans le document disponible en téléchargement.

La filière des tubercules tropicaux en Nouvelle-Calédonie - Résultats de l'enquête de 1997

Vous y trouverez un premier chapitre portant sur le marché des tubercules tropicaux en Nouvelle-Calédonie et un second plus spécialement consacré à cette filière sur la province des îles Loyauté.

Filière horticole

L'horticulture ornementale , une filière qui compte en Nouvelle-Calédonie
horticulture.jpg

Les résultats qui sont présentés dans cette publication proviennent d’une enquête réalisée en 2012 auprès des 395 exploitations calédoniennes ayant une production horticole significative. Les données publiées sont relatives à l’année civile 2011.

L'horticulture ornementale en Nouvelle-Calédonie - Résultats de l'enquête de 2012

Outre l’historique de cette filière en expansion, vous pourrez trouver des informations relatives aux surfaces cultivées, à la gamme des produits, à l’importance de cette filière en matière d’emplois et de chiffre d’affaires.

Filière apicole

En 2011, 189 apiculteurs élèvaient près de 5 300 colonies
ruche.jpg

L'enquête suivante montre que l’apiculture est une activité modeste en Nouvelle-Calédonie, à l'image de nombreux autres pays. C’est une activité complémentaire pour une grande majorité de producteurs, lesquels sont moins d'une dizaine à consacrer l’essentiel de leur temps à la profession d’apiculteur.

L'apiculture en Nouvelle-Calédonie - Résultats de l'enquête 2011

Néanmoins, la production de miel local, de l’ordre de 100 tonnes en 2010, couvre 96 % du marché calédonien, les importations restant marginales.

Avec un environnement sanitaire favorable et un produit de qualité reconnue, les professionnels de l’apiculture calédonienne sont confiants en l’avenir de leur filière et envisagent son développement notamment par l’ouverture de marchés à l’exportation.

Filière porcine

Une étude statistique sur la filière porcine,  menée en 2009, afin de mettre à jour les données relatives à ce secteur d’activité
cochonnet.jpg

Parmi les principaux enseignements de cette enquête, on notera que les éleveurs sont moins nombreux qu’en 2002 mais qu’ils ont agrandi leurs ateliers, que les performances technico-économiques atteignent un bon niveau, et que les ventes en dehors des circuits traditionnels de la viande pèsent un poids très significatif dans cette filière.

L'élevage porcin calédonien - Résultats de l'enquête de 2009

La position dominante de la province Sud s’est renforcée par rapport à une situation déjà constatée en 2002 mais un projet bien avancé devrait sensiblement rééquilibrer la répartition interprovinciale.

Filière fruits

Un inventaire du verger calédonien conduit de février à juin 2010 sur l'ensemble des communes de
Nouvelle-Calédonie
fruits.jpg

Plus de 200 arboriculteurs ont été visités. L’inventaire a concerné les vergers de rente dont la production commercialisée en 2009 a représenté environ 3 700 tonnes de fruits, soit 27 % des volumes de fruits frais commercialisés.

Inventaire 2010 du verger calédonien et évaluation de la consommation de fruits frais

Les vergers familiaux, dont la production est destinée à l’autoconsommation, aux dons et aux échanges non monétaires, n'ont pas été inclus dans cette enquête. Leur production n’est toutefois pas à négliger puisqu’elle est évaluée à un peu plus de 5 000 tonnes par an, soit environ 1/3 de la totalité des fruits consommés en Nouvelle-Calédonie.

Plutôt considérée comme faisant partie des plantes à épices que comme plante fruitière, la vanille a toutefois été recensée avec les arbres fruitiers. Les vanilleraies des îles Loyauté font l’objet d’un chapitre distinct dans le présent document.

Documents à télécharger