Les maladies et ravageurs des végétaux

et_mr-vegetaux.png
.
La Nouvelle-Calédonie bénéficie d’une situation phytosanitaire très favorable du fait de son isolement.

Cependant, le développement important des échanges avec la région et le reste du monde accroît considérablement les risques d’introduction d’organismes nuisibles à l’agriculture ou à l’environnement.

Au-delà des mesures de contrôle à l’importation, destinées à prévenir l’entrée de nouveaux fléaux, la surveillance des productions végétales vise à détecter suffisamment tôt tout nouveau problème. Ainsi des mesures d’éradication peuvent être prises efficacement pour préserver le statut phytosanitaire de la Nouvelle-Calédonie.


Ci-après, quelques exemples de maladies et ravageurs des végétaux :

et_rouille.png

La rouille des Myrtacées

Puccinia psidii est un champignon phytopathogène qui a été détecté en Nouvelle-Calédonie en mars 2013. Il est responsable d'une maladie fongique grave qui touche les végétaux de la famille des Myrtacées.


Explorateur cartographique :
La carte suivante vous indique la localisation de chaque foyer de rouille des Myrtacées.

Grâce à l’outil «Identifier» ...

i.png

il vous est possible de savoir quelles espèces végétales sont impactées et quand le signalement nous a été fait.

Explorateur Myrtacées

Les espaces infectés sont, quant à eux, représentés par les icônes suivants :

Myrtacées - Espaces infectés

<< Cliquez sur l'image pour accèder à l'explorateur cartographique >>


Documents à télécharger :

Vous trouverez ci-dessous un certain nombre de documents d'information relatifs à la rouille des Myrtacées en Nouvelle-Calédonie.
N'hésitez pas à les consulter.


 

et_mouche.png

Les mouches des fruits

Ces insectes, dont les larves attaquent les fruits, sont très nuisibles à l’agriculture. Ils peuvent être très facilement transportés et constituent un des problèmes les plus graves auxquels sont confrontés les services de quarantaine et de protection des végétaux du monde entier.

L'Australie a ainsi dépensé plusieurs dizaines de millions de dollars pour éradiquer la mouche de la papaye (Bactrocera papayae) dans le Nord de l'État du Queensland.

La Polynésie française a tenté déradiquer la mouche orientale (Bactrocera dorsalis) découverte en 1996.

.
mouche_fruits.gif

 

En Nouvelle-Calédonie, il existe 13 espèces de mouches des fruits, dont trois sont d’importance économique. Il y a deux espèces locales (Bactrocera curvipennis, B.psidii) et une espèce introduite en 1969, la mouche du Queensland (Bactrocera tryoni). Elle constitue maintenant la principale espèce nuisible et entraîne des contraintes et coûts importants à l’exportation. L’introduction d’une espèce comme Bactrocera cucurbitae (mouche des cucurbitacées) stopperait immédiatement les exportations de squash vers le Japon.

Pour détecter toute introduction d’une nouvelle mouche des fruits et justifier le statut actuel auprès des pays importateurs de fruits et légumes calédoniens, un réseau de surveillance a été mis en place. Il consiste en un ensemble de pièges répartis dans les zones à risques comme les régions urbaines, touristiques ou de production fruitière. Chaque piège contient un attractif sexuel (phéromone) et un insecticide placés dans un arbre hôte. Trois attractifs différents sont employés pour attirer diverses mouches des fruits.

Le réseau comprend plus de quatre-vingt sites de piégeage, dont une quarantaine dans le Grand Nouméa, le centre et le Sud, qui sont suivis par les agents du SIVAP ; le reste étant suivi par l’association Arbofruits, avec des sites sur les côtes Ouest et Est, ainsi qu’aux Îles. Les pièges sont régulièrement relevés (tous les quinze jours) pour l’identification des mouches présentes. Ils sont également entretenus (changement des produits et supports) pour maintenir leur efficacité.

L’existence de ce réseau permet la détection précoce d’une nouvelle espèce et la possibilité d’intervenir rapidement pour l’éradiquer.

Documents à télécharger

Liens utiles